Du smartphone à l’art : l’iphonéographie

Posté le 24 février 2012 par

Une fois n’est pas coutume, voici un article sur le monde artistique. Toujours en relation avec les nouvelles technologies, nous assistons depuis 2008 à un nouveau courant artistique nommé l’iphonéographie. Pas facile à prononcer, je vous l’accorde !

Ethymologie du mot : iPhone. But : création d’œuvres artistiques utilisant comme support l’iPhone ou l’iPad.

Depuis quelques années, plusieurs artistes se sont distingués en créant des peintures ou des photographies grâce à des applications/logiciels intégrés dans leur smartphone ou tablette. Ces applications/logiciels téléchargeables, notamment sur les produits Apple (mais pas seulement !), se nomment ArtRage, Brushes, Instagram, EyeEm ou encore Hipstamatic et remplacent les traditionnels papier et pinceaux des artistes.

Instagram est une application qui permet à l’utilisateur de choisir un filtre et de changer l’apparence de la photo pour ensuite la partager rapidement sur les réseaux sociaux.

Instagramomi4-2
Instagram et Hipstamatic

L’application Hisptamatic permet justement de donner à nos photos la touche hipster en vogue en ce moment. Mis à part le côté fashion, l’application est ingénieuse car elle donne à son utilisateur le choix de l’objectif et du flash avant d’appuyer sur le clic.

Eye’Em est une application qui propose de découvrir et rassembler des lieux, des thèmes ou des évenements dans le monde entier dans lesquels les utilisateurs déposent leurs photos selon la catégorie. Le site Internet est très bien fait. Par exemple, il suffit de sélectionner « Tokyo » sur la mappemonde pour découvrir plusieurs clichés de la ville.

L’un des artistes connu pour l’usage de l’iphonéographie dans ses œuvres est Jorge Colombo. Cet artiste portuguais vivant à New York utilise l’application Brushes dans la création de ses toiles numériques. Il a été mandaté par le magazine The New Yorker pour réaliser les couvertures pendant plusieurs années.

tmy1tny2tny3
TNY, 2009, 2011 et 2009

David Hockney, pionnier du pop art en Grande-Bretagne, est aussi devenu artiste iphonéographe depuis qu’il a découvert l’application Brushes sur l’iPhone et sur l’iPad. Voici deux de ses œuvres tirées de son exposition Fleurs fraîches (2010-2011) à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris :

omi4-3omi4-4

Il y a plusieurs avantages à devenir iphonéographe : tout un chacun peut devenir artiste car il suffit de posséder un smartphone ; peindre son œuvre prend relativement peut de temps (environ 1h d’après Jorge Colombo) ; l’œuvre peut être executée à n’importe quel moment du jour ou de la nuit ; elle ne risque pas de s’endommager avec le temps ; elle est facilement partageable grâce aux réseaux sociaux et enfin, on peut la sauvergarder !

Au niveau marketing, l’essor de ce courant artistique a été utilisé par la marque Coca-Cola, qui a ouvert jusqu’à fin février 2012 le coucours « Coca-Cola : 125 ans de design ». L’idée est d’amener les personnes à utiliser leur smartphone pour réaliser une photo sur la façon dont le design de la marque les inspire dans leur vie quotidienne. Cette action est créée en partenariat avec le musée du Design de Gand et le gagnant aura sa place dans l’exposition des 125 ans de Coca-Cola.


1 http://instagr.am
2 http://hipstamatic.com/
3 http://www.eyeem.com/
4 http://www.brushesapp.com/

Ilenia Crivelli
Innovatrice en devenir HEG-GE